Discovery série II (L318  1998–2004)

La série II du Discovery a fait ses débuts à l’automne 1998 et aux États-Unis en 1999. Ce modèle connaît une première année extrêmement faste et, en juin 1999, les ventes cumulatives de ce modèle ont augmenté de près de 35% par rapport à la même période en 1998.

Land Rover a argumenté à son lancement que le Discovery avait été modifié sur 720 points. L’intérieur et l’extérieur ont été retravaillés pour être moins apparentés à un utilitaire, mais ils étaient encore semblables à la série I. Chaque panneau de carrosserie était nouveau sauf le panneau extérieur de la porte arrière. La carrosserie arrière a été allongée pour améliorer l’espace de chargement, mais au détriment du porte-à-faux arrière, ce qui a eu un impact négatif sur la capacité hors route.

Les changements apportés aux modèles à moteur diesel ont vu l’introduction du moteur Td5 de 2 495 cm3 à injection directe en ligne, de même pour le Defender mis à jour. Ce moteur géré électroniquement était plus souple, produisant un couple plus utilisable à des régimes plus bas que son prédécesseur le 300Tdi. Le moteur Td5 est souvent attribué à tort à BMW, alors qu’ il a été dérivé du moteur de voiture de tourisme de la série L de Rover et développé intégralement par Land Rover. La version essence V8 de 3 948 cc du Discovery 1 a été remplacée par le V8 Range Rover P38 Thor de 4,0 litres dérivé de Rover. Il n’y avait pas d’augmentation réelle de la capacité par rapport au précédent moteur de 3,9 litres. Bien que la conception de base du moteur était similaire, elle était en réalité assez différente à l’intérieur: elle utilisait un vilebrequin différent,  des bielles différentes et des pistons différents. Les blocs ont été usinés pour accepter des capteurs supplémentaires pour le système d’injection Gems et Bosch (Thor) et pour permettre la course supplémentaire du vilebrequin. Pour l’année modèle 2003 et 2004, le V8 a été remplacé par un 4,6 litres (bien que le 4.0 ait continué comme la seule option V8 offerte au Royaume-Uni). L’ACE (Active Cornering Enhancement, un système de barre anti-roulis hydraulique à commande électronique) a été monté sur certaines versions, permettant de réduire le roulis en virage. Des ressorts pneumatiques auto-nivelants ont été montés sur certains modèles et la réception européenne par type pour les véhicules à sept places n’a été accordée qu’aux modèles à suspension pneumatique.

Le différentiel central  verouillable était encore installé jusqu’au début de 2001, bien que la commande pour l’utiliser n’était pas raccordée, car Land Rover croyait que le contrôle de traction et le nouveau contrôle de descente en pente le rendraient redondant. Le mécanisme de verrouillage a été retiré au début de 2001, avant d’être entièrement rétabli (avec sa liaison de commande) avec le modèle de 2003. Alors que le système de contrôle de traction a fonctionné très efficacement, il n’a pas offert le même niveau de contrôle et de bon fonctionnement que les véhicules équipés du blocage de différentiel. La demande des clients a vu les commandes du différentiel entièrement rétablies comme une option de coût seulement (standard sur les véhicules haut de gamme HSE / SE) sur les modèles UK / irlandais, et des kits de rechange sont offerts par plusieurs vendeurs pour les véhicules fabriqués avec le blocage.

Les premiers modèles de la série II pouvaient  être facilement distingués du Discovery original par la position des feux stop au-dessus de la ligne de fenêtre (les modèles précédents les avaient en dessous de cette ligne) et par le remplacement des poignées de porte à palettes. La série II diffère également légèrement par ses dimensions.

Les modèles relookés sont facilement identifiables par de nouveaux phares «encastrés» (qui correspondent aux modèles Range Rover et Freelander relooké) ainsi que des feux de direction et de frein redessinés à l’arrière du véhicule. Les clignotants ont été déplacés du pare-chocs vers les blocs d’éclairage latéraux.

Un petit nombre de modèles commerciaux Discovery II ont été produits par le département des véhicules spéciaux Land Rover, cette fois basés sur la carrosserie à cinq portes, mais avec des fenêtres rendues opaques pour donner l’apparence et la sécurité d’une fourgonnette.

Dans le dernier cycle de production du Discovery II, seuls deux modèles étaient proposés à la vente sur le marché britannique: le modèle de “base” Pursuit, qui conservait toujours un haut niveau d’équipement en série, et la version haut de gamme Landmark, qui proposait Intérieur cuir, double toit ouvrant, Active Cornering Enhancement, lecteur CD à six disques et pare-brise chauffant. Les derniers véhicules ont quitté les lignes de production à la fin du mois de mai 2004 pour laisser la place aux modèles Discovery 3.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *